Depuis un temps au-delà de l'éternité,
Avec l'infini pour singulier littoral,
J'examine les hommes et leurs absurdités
Sans pouvoir corriger leurs erreurs ancestrales.

Je dois être le dernier patrouilleur du temps.
Suis-je spectateur superflu ou charlatan,
Puisque d'existence mon état s'exonère
Et m'oblige à m'égarer dans l'imaginaire ?

J'aimerais goûter la joie de tout ignorer
Des vaines réponses aux questions jamais posées.
L'insondable néant est mon sombre royaume,
En inutile immortel j'y erre en fantôme.

Sur les champs de bataille souffle la fureur,
Partout Phobos et Déimos sèment la terreur.
Le char de Mars mène le monde à l'agonie
Au milieu d'une féroce cacophonie.

N'ayant que faire du glorieux accusateur,
Le futur se transforme en présent corrupteur.
Découragé, le soleil s'est fondu en nuit :
Les bonnes fées se sont pour toujours endormies.