Toujours levé bien avant l'aube,
Je vis à l'opposé du probe.
Délivré de mon alganon,
Je n'ai pas retrouvé mon nom.

J'ai un pacte avec le Malin.
Chacun m'appelle « Le Vilain »,
Car par hasard croiser mes pas
Peut mener de vie à trépas.

En pays de landes et bruyères,
Je fuis en méprisable hère
Qui pourtant jamais ne quémande,
Mais survit de viles prébendes.

Je suis celui que l'on méprise
Tout en craignant la roublardise.
Il y a gravement maldonne
Si l'on veut me donner l'aumône.

Hardi disciple de Déimos,
Je dépouille fiacres et carrosses
Avec la dignité d'un prince
En chaque recoin de province.

En froid avec l'épiscopat,
N'attendez nul mea culpa :
Je pratique la simonie
Après curée de baronnie.

Parfois en excès de cervoise,
Ma logorrhée devient grivoise.
Pour moi, commettre forfaiture
Est simple loi de la Nature.

Chercher à me faire obstacle
Sans interroger les oracles
Serait risquer la tragédie :
Je persiste à rester bandit.

Suite : Litanie du pendu