À des milles bien loin du continent
Bientôt engloutie au milieu des flots
Pour ces messieurs les géographes
Je ne suis qu'un point sur une carte

Loin du regard des prudentes vigies
Ma visite ne suscite aucun viatique
Et sans vouloir offenser Wegener
Il me lasse de dériver sur un globe

Même pour Christophe et Fernand
Je n'étais qu'un insignifiant îlot
Aucun marin n'y a son cénotaphe
Jamais n'y échoue la moindre jubarte

Parfois une tempête me chante son élégie
Mais le vent n'est que sirène mélancolique
Et ne m'attire que de vils containers
Pour moi commence une nouvelle aube