Tu sais souvent rester bien discrète,
Et même parfois te montrer secrète.
On veut te conserver ainsi naturelle,
Mais également indéfectible, éternelle.

Alors, tel un joyau des plus précieux,
On te cache soigneusement en un lieu
Où, bien rangé dans un douillet écrin,
De toi on prend le plus grand soin.

Il ne faut pas te laisser par le temps ternir
Ou te voir, par de simples ignorants, salir.
Tu dois garder cette blancheur immaculée,
Avec l’idée de ce que tu peux apporter.

C’est un dur combat interne que l’on mène,
Avec très souvent de cruels dilemmes.
Ta présence, même si elle semble ineffable,
Évite, sans doute, de commettre l’irréparable.

Il ne faut pas troubler un ordre établi
Ni s’attarder sur de viles calomnies
Qui pourraient sans doute déranger
Le fil d’une vie bien organisée.

On comprend qu’il y a beaucoup de confiance,
Que l’on peut échanger des confidences,
Mais avant tout on voudrait qu’elle reste pure,
Saine, sincère, et surtout qu’elle dure.

Ne sachant pas comment on pourrait te nommer,
On a finalement décidé que tu t’appellerais l’Amitié.