Depuis longtemps, je marche dans l’obscurité ;
Je ne suis pourtant pas encore atteint de cécité.
Qu’importe cette vie hors de la lumière
Qu’aucun rayon jamais plus n’éclaire !

Depuis longtemps je descends ce colimaçon,
Obligé de me déplacer, lentement, à tâtons.
Dans la pénombre, le pied racle la pierre,
Espérant que celle-ci sera la dernière.

Mais au bout de la marche, rien, le vide.
Alors on atteint un autre palier, livide,
Avec en prime cette énorme déception
De ne point parvenir jusqu’à destination.

C’est une sorte de descente aux enfers,
Sans espoir de pouvoir reprendre l’air.
Alors, longuement, on pense, on médite,
On s’étonne même de son instinct de survie.

Malgré les plus mauvais et vils coups,
On est parvenu à rester toujours debout.
Peut-être est-ce là, la rançon de la gloire
Qui donne du prix aux plus amères victoires.