Depuis si longtemps ma vie était devenue
Un désert où j'errais, seul et dégoûté de tout.
Désespéré, je n'avais plus le moindre atout
Car Roxane avait été jugée malvenue.

Je n'attendais plus rien de cette sombre vie ;
Je n'aspirais plus qu'à me fondre dans les ténèbres,
Je marchais sur des ruines, les cieux étaient funèbres !
Lioubov périssait d'une soif inassouvie…

Une soif d'amour, de bonheur et de lumière :
Tout ce qui m'était dorénavant interdit
En application de je ne sais quel édit
Qui m'avait condamné à porter des œillères.

Puis tu es arrivée, toi, belle Jennifer
Si discrètement, et tu as su devenir
Aussi rapidement, promesse d'avenir.
Et devant tant de douceur, qu'aurais-je pu faire ?

Je ne pouvais que céder à tes avantages
À ta beauté, ta haute sensualité…
Il me fut vraiment impossible de
Malgré notre importante différence d'âge.

Mais cela n'avait pas d'importance à tes yeux
Car tu me trouvais de nombreuses qualités,
Même si je n'avais pas de moralité ;
Et tu ne me considérais pas comme un vieux !

Tu m'as séduit ; tu es arrivée à tes fins :
Tout récemment, tu t'es retrouvée dans mon lit…
Nous avons passé deux heures de pure folie,
Et tous nos plaisirs, Jennifer, n'étaient pas feints.

Comment m'as-tu donné autant de jouissance ?
Tu m'as fait découvrir un plaisir si puissant…
J'ai cru t'offrir ma semence mêlée à mon sang
Car mon orgasme était d'une telle puissance !

Depuis cette matinée, j'ai dû réfréner
Mon désir de t'avouer le doux sentiment
Qui de notre relation serait le ciment ;
Mais tu lui préfères un érotisme effréné.

Pourtant, sans tenir compte de tes réticences
Je veux t'amener doucement sur un chemin
Où nous pourrions vagabonder main dans la main,
Là où les sentiments donneraient plus de sens.

J'ai enfin osé te parler de mon amour.
Crois-moi, Jennifer, j'en ai été soulagé :
Tu seras mon ultime amour, je suis âgé…
À présent je veux vivre, mais le temps est si court !

Une seule question : qu'allons-nous devenir ?
Seulement embrasser ta fissure secrète ?
Ou bien échanger des mots d'amour sous la couette ?
Je me demande encore : que sera l'avenir ?