Je lève la main pour attirer l'attention du serveur pendant que Patrice et Louison se chuchotent un truc à l'oreille. J'ai beau essayer de faire venir le gars à notre table, c'est comme s'il ne me voyait pas.

Cela dit, Louison n'est pas en reste. Faisant elle aussi comme si je n'étais pas là, elle a décidé de rouler une pelle magistrale à son mec. Oui, là, tout de suite, dans ce petit bistrot bondé, à 30 cm à peine de moi. Ces deux-là se comportent comme si elles étaient seules au monde ; à force, ça en devient gênant ! Patou soupire bruyamment, j'ai l'impression que Louise a glissé sa main sous la table pour lui flatter l'entrejambe… Gros moment de solitude !

Le serveur finit par voir que je lui fais signe. Je soupire, me disant que le temps d'indiquer ce qu'elle veut, Louise va enfin se calmer. Pas de bol, le type s'est fait apostropher par une tablée de meufs déchaînées, à deux mètres de nous. « Non, putain ! Il va pas prendre leur commande avant la nôtre ! »

— Excusez-moi, Monsieur ! dis-je en tentant de parler plus fort que les quatre filles à moitié déchirées qui braillent comme des gorets en chaleur.
— J'arrive, deux petites secondes…
— Non mais là ça fait une demi-heure qu'on attend !
— Vous voyez bien qu'y a du monde. Je viens dès que je peux.
— Ouais, on a soif ! Fais-nous pas chier, connard !

C'est la plus moche de la bande qui vient de m'adresser la parole, une grosse balèze qui doit faire deux fois mon poids. Sur son biceps musculeux, une tête de mort me lance un sourire édenté. Je n'ai pas le temps de lever les yeux au ciel qu'une de ses copines en rajoute une louche, en me lançant un regard appréciateur :

— Si tu veux te joindre à nous pour égayer la soirée, on est pas contre, ricane-t-elle avant que les autres ne gloussent en chœur.

Elles me scrutent avec une telle intensité que j'ai l'impression d'être à poil devant elles. Essayant d'ignorer ces nanas du mieux que je peux, je pousse un soupir excédé. Juste au moment où Louison se décide enfin à lâcher sa proie.

— Qu'est-ce qu'il y a, Julien, t'as pas l'air dans ton assiette ? me lance-t-elle, un bras protecteur passé autour des épaules de Patrice.
— Ça va, ça va. Je commence à avoir faim, c'est tout…

Patou se serre contre elle, des étoiles plein les yeux. Ils forment un couple bien assorti, ces deux-là, même s'il est presque aussi grand que Louison et quasiment aussi costaud qu'elle. Pendant qu'on papote de tout et de rien, j'essaie de ne pas me retourner. Je sens que le regard des nanas de la table d'à côté ne quitte pas ma nuque. Un petit frisson me parcourt l'échine. Heureusement que je ne suis pas seul, sinon je n'en mènerais pas large !

Je suis un peu con, aussi, j'aurais dû éviter d'attirer leur attention…

— … pas encore trouvé ? m'interroge Louise.
— Humm, tu disais ?

Perdu dans mes pensées, je ne les écoutais plus.

— Louison demande si tu n'as toujours pas de copine attitrée, précise Patou.
— Non. Rien de sérieux…
— Un plan cul ? me lance Louise.
— Joker… je réponds, en rougissant.
— Allez, dis-nous tout ! On veut des détails ! T'es tellement coincé, parfois. À se demander si au fond tu serais pas homo…
— Pfff, et alors ? Ça changerait quelque chose pour toi ?

Depuis le lycée, c'est une sorte de jeu entre nous ; elle m'asticote et je joue au puceau effarouché. Ça remonte à notre rencontre, il y a presque 10 ans. Louise m'avait chambré alors que je refusais poliment ses avances – pas vraiment les plus subtiles qui soient, mais bon. Depuis, on est devenus potes, sans qu'il y ait jamais eu de sa part de paroles équivoques ou de gestes déplacés.

Je sais que l'amitié garçon-fill e donne parfois l'impression d'être une légende, mais pas entre Louise et moi. Ce qui n'a pas toujours été l'avis de mes petites amies, dont certaines voyaient cette complicité d'un mauvais œil. Les filles sont tellement possessives, à croire que dès qu'on a couché, elles pensent qu'on leur appartient !
Il y en a même une qui a cru drôle de lancer l'idée d'un plan à trois avec Louise.

— Tu sortais pas avec cette grande rousse du service compta ? Comment elle s'appelle, déjà…
— Angélique ? Oui, oh… on a juste fait une soirée ensemble le mois dernier, lui dis-je avant de vider mon verre, me donnant le temps de trouver comment changer de sujet.
— Et alors… vous avez niqué ? me lance Louison, avec un clin d'œil franchouillard.

Je recrache ma gorgée d'eau, au risque de m'étouffer ! Pas très masculin, mais cette idiote m'a fait avaler de travers.

— Allez, chuis ta pote, tu peux bien me raconter, rho-là-là !
— Je suis sûr que Patrice t'a déjà tout dit…
— Que dalle, oui. J'ai eu droit à zéro détail !
— Merci de défendre mon honneur, Louison, rigole ce vendu avant de lui faire un smack sur les lèvres.

À sa décharge, je me suis effectivement peu livré sur mes « ébats » avec Miss-Compta 2017. Et pour cause…

Sur ces entrefaites, le serveur finit par se pointer à notre table et nous passons rapidement commande. Une fois qu'il est reparti avec nos desiderata pour la soirée, Louise se penche vers moi avec son air de conspiratrice et son sourire en biais.

— Vas-y, mon petit bonbon, je veux tout savoir !

J'hésite un peu à déballer les moments passés avec Angélique. Un reste de pudeur masculine, même si pour un mec, je suis plutôt à l'aise avec le cul. Louise le sait très bien, ce n'est pas la première fois qu'on se raconte nos exploits.

Bien qu'elle n'ait jamais tenté le moindre rapprochement, je ne peux pas m'empêcher d'imaginer qu'avec tout ce que je lui ai confié, elle a dû pas mal fantasmer sur moi. Elle reste très discrète, mais je l'imagine bien se masturbant au téléphone pendant que je lui raconte certains moments un peu chauds de mes nuits ou des mes journées.

Avec un soupir, je commence mon récit. Je ne sais pas comment mes potes vont réagir ; on verra bien.


Angélique est une nana sympa. Assez grande, en effet (une bonne tête de plus que moi), un physique agréable, même si un poil trop enveloppée à mon goût. Depuis deux bonnes semaines elle me faisait du rentre-dedans. Mais de façon détournée, presque timide – ce qui me changeait des manœuvres bien lourdes de Mathilde, ma patronne, toujours persuadée que j'allais finir dans son lit un de ces quatre.

Un jour, à la sortie du bureau, Angélique avait osé me proposer une sortie ciné. Célibataire depuis peu après une rupture compliquée, je n'avais pas vraiment la tête à ça. Mais comme Angélique était de loin la nana la plus sympa de la boîte et que je l'appréciais bien, j'avais accepté son invitation. Ça tenait surtout au fait qu'elle n'affichait pas cet air de supériorité si courant chez certaines femmes et tellement bien intégré à leur façon d'être qu'il semblait l'unique façon de se comporter « normalement ».

Et puis, une sortie entre collègues, ça ne voulait pas automatiquement dire qu'elle comptait me passer à la casserole… Du moins, pas le premier soir !

Elle m'avait emmené voir un film au Grand Rex dès le lendemain soir. Le genre de mélo pleurnichard que je déteste. J'ai des goûts assez atypiques pour un mec : je préfère les films d'action. Angélique ne pouvait pas le savoir, vu qu'elle avait oublié de me demander mon avis. Elle avait choisi ce qu'elle pensait le plus me correspondre (par galanterie, je suppose), aussi je n'ai pas poussé l'impolitesse jusqu'à lui dire que le film ne me plaisait pas. Ou qu'il aurait été sympa qu'elle me consulte avant. C'était quand même elle qui payait les places…

Vers la fin de la séance, j'ai senti une main se poser sur ma cuisse. Grosse surprise… mais comme diraient la plupart des mecs, fallait s'y attendre : deux places de cinoche, ça donne bien le droit d'espérer un petit quelque chose !

Je m'étais donc figé, retenant ma respiration comme un cerf pris dans les phares d'une voiture. Prenant mon absence de réaction pour un assentiment, ma collègue avait commencé à remonter sa main vers mon aine. Elle n'allait quand même pas… Si ! Étonnant comme une fille (pourtant timide a priori) peut se laisser emporter par « ses instincts », postulant comme acquis le consentement du garçon.

Voulait-elle s'assurer qu'elle me plaisait, évaluer mon niveau d'excitation ? (un mec, ça bande sur commande, n'est-ce pas). Toujours est-il que ses doigts n'ont rencontré qu'une absence totale de raideur au niveau de mon jean, pas même moulé sur mes boules – je ne suis pas le genre qui cherche à exciter les meufs, et surtout pas lors d'une première sortie.

J'ai fini par me pencher vers elle. Évitant sa bouche entrouverte, j'ai bifurqué vers son oreille pour lui glisser qu'il serait sympa de se connaître un peu avant de voir si on allait plus loin. Elle a aussitôt retiré sa main, se confondant en excuses. La pauvre semblait mortifiée par ma réaction ! Je l'ai rassurée, lui disant que c'était rien, que cette marque d'attention de sa part était flatteuse (un gros mensonge, évidemment, vu la non-réaction de mon entrejambe, mais Angélique était déjà assez mal comme ça). Quand la lumière s'est rallumée, elle était encore toute rouge et n'osait pas me regarder. Je trouvai cette sensibilité exacerbée assez craquante chez une fille, alors je lui ai fait un petit bisou sur la joue pour qu'elle se détende un peu.

— Ça va, lui dis-je, y a pas mort d'homme…

En sortant du ciné, elle m'a demandé si j'étais d'accord pour qu'on se prenne la main. Je n'ai pas trop su quoi répondre – est-ce qu'en acceptant je ne lui donnais pas des signes contradictoires, des espoirs que je ne pourrais pas tenir ? Avec un petit soupir, j'ai entrelacé mes doigts aux siens. Ils étaient doux et rassurants. Puis, sans plus réfléchir, je l'ai suivie dans les rues de Paris. J'étais bien, je me disais que je pouvais lui faire confiance. Après tout, c'était une collègue de boulot, pas la première venue. Et si elle devenait trop lourde ou insistante après le dîner, j'étais assez grand pour me défendre.

Elle avait choisi un restaurant chic du côté du Chatelet, à deux pas du cinéma où elle avait prévu de m'embrasser. Si je lui avais cédé, m'aurait-elle quand même amené au restau ou bien serait-on directement allé chez elle ? Je me gardai bien de lui faire part de cette réflexion. La pauvre, elle était déjà assez stressée comme ça !

Nous sommes finalement arrivées devant l'établissement qu'avait choisi Angélique. Quand j'ai vu les tarifs sur le menu à l'entrée, j'ai failli défaillir. Elle a franchi le seuil de la prestigieuse maison en riant, me tirant derrière elle.

— T'inquiète pas, j'ai les moyens… Il a juste fallu que je prenne un crédit !
— Oh, mais je compte bien payer ma part.
— C'est bon, on verra ça le moment venu…

Angélique me demanda où je voulais m'asseoir, se précipitant pour me tirer la chaise. Je trouvai ça désuet, mais en même temps étrangement prévenant. Nous n'étions pas installées depuis dix secondes qu'une serveuse avec nœud-pap' (grande classe !) nous apportait les menus ainsi que la carte des vins.

— Tu veux quoi en apéro, Julien ?
— Comme toi, je te laisse choisir.
— Ils ont un très bon Jurançon ; ça te dit ?
— Houlà ! C'est pas trop fort, j'espère ? Si tu me fais boire, je vais plus savoir me tenir !
— Humm… Alors on devrait peut-être prendre une bouteille ? plaisanta Angélique.

Elle serrait ma main dans la sienne par-dessus la nappe aussi blanche que les sommets alpins. La serveuse me lança un regard un brin ironique… et légèrement grivois, ce qui ne cadrait pas avec la classe du restau. Elle était en train de se faire son petit film sur la façon dont allait finir la soirée !

Me fiant à son expérience gastronomique, je laissai Angélique choisir mon plat. Elle m'avait recommandé le filet de saumon avec ses champignons forestiers, choisissant quant à elle la côte de bœuf avec frites à volonté. J'aurais aussi préféré une viande, mais Angélique devait certainement penser à mon régime… et peut-être aussi aux abdos bien fermes qu'elle espérait tâter sous peu.

Après le départ de la serveuse, nous sommes retombées dans un silence un peu gêné. Sur quel sujet de conversation se rabattre ? On pouvait quand même pas parler boulot, ce qui aurait été super bizarre dans ce cadre magnifique, sans compter que ça aurait gâché l'instant. Soit on embrayait sur le film où on s'était emmerdées toutes les deux, soit on discutait de nos vies privées, au risque que ce soit tout aussi chiant.

Même si un homme n'est pas censé être aussi direct, je décidai de crever l'abcès et de nous faciliter la tâche.

— Tu sais, Angélique, tu peux te contenter d'être naturelle avec moi. Pas la peine de se la jouer guindée. Je suis un mec assez simple, au fond.
— Euh… ouais, bien sûr. C'est juste que je suis un peu impressionnée. T'es tellement beau !

Elle aurait pu choisir « cultivé », « intéressant », « mystérieux »… mais non : comme la plupart des meufs, c'était avant tout le physique qui la fascinait chez un mec.

— Merci du compliment. Tu n'es pas mal non plus.
— J'espère que je ne t'ai pas choqué, tout à l'heure… C'était plus fort que moi, fallait que je tente ma chance.

Ha-ha ! Super valorisant, dis donc ! Pour elle, je n'étais pas une personne singulière à découvrir ou apprécier, mais « une chance à tenter ». Je décidai de jouer franc jeu avec Angélique ; tant pis si elle me prenait pour un hoministe acharné.

— C'est bon, je ne suis pas « choqué ». C'est juste que… voilà, même si certains mecs apprécient ce genre d'approche, ben on n'est pas tous pareils. Mon truc à moi, c'est la douceur, le respect mutuel, pas les rapports de domination traditionnels.
— Les « rapports de domination » ? me demanda Angélique, incrédule.
— Je veux parler du schéma habituel de séduction dans nos sociétés « modernes ». La femme qui est censée prendre l'initiative, être dominante et montrer clairement au mâle qu'il lui plaît… au risque de se prendre un vent, si ce faible d'esprit décide de faire son difficile.
— Ouais, je vois. Bon, mais si on arrête d'être directes et de « prendre l'initiative », comme tu dis, on est censées faire quoi pour vous séduire ? Car vous l'avez quand même un peu facile, vous les mecs ! Vous vous contentez d'être là, à faire les beaux. Et ensuite, de choisir parmi les prétendantes celle avec qui vous daignerez coucher !
— Tu noteras que c'est exactement ce que je venais de dire.
— …
— Et voilà, poursuivis-je. Tu viens de mettre le doigt sur le problème, Angélique. La drague traditionnelle est un rapport de force entre une dominante, la femme, et un dominé, l'homme. La nana veut soumettre l'homme afin de s'arroger une satisfaction sexuelle, et accessoirement assurer la reproduction.
— N'importe quoi ! objecta Angélique. À t'écouter, les nanas ne seraient que des brutes égoïstes à la recherche de mecs bien dociles pour les satisfaire ? Merde, alors !
— Tu as raison de trouver ça stupide, lui dis-je. Dans cette relation, il n'y a aucun gagnant ; le mec est réduit à l'état d'objet, instrument nécessaire à la satisfaction sexuelle de la nana. Et celle-ci, en imposant son désir à l'homme, prend le risque d'être rejetée et de souffrir d'une blessure d'ego. Comme le disait je ne sais plus quelle penseuse, « la dominante est dominée par sa domination »…
— Pfff, c'est vraiment n'importe quoi ! On dirait ces conneries hoministes qu'on n'arrête pas d'entendre à la télé ! Le droit de vote, la libération sexuelle, la journée de l'homme… on vous a tout DONNÉ ! Vous voulez quoi, encore ? L'égalité femme-homme ? Ça fait bien longtemps que vous l'avez !

Sans s'en rendre compte, Angélique avait parlé si fort que les conversations autour de nous s'étaient arrêtées. Toutes les clientes du restaurant semblaient nous fixer en silence, leurs couverts à la main.

— Même si dire ça peut paraître un peu con-con en 2017, ben non, Angélique, on est encore loin d'être vos égaux. Le harcèlement et les violences conjugales, les meurtres d'hommes, les inégalités salariales, la sous-représentation des hommes dans toutes les sphères du pouvoir… que tu le veuilles ou non, c'est une réalité.
— On est vraiment obligées de parler de ça, Julien ? Je croyais qu'on allait juste passer une bonne soirée, pas se prendre la tête avec ces soi-disant « luttes sexistes ».
— Tu as raison, ce n'était pas le but. Mais juste pour l'exemple, quel pouvait bien être ton but, à toi, en m'invitant ici ce soir ?

Angélique fronça les sourcils, cherchant une réponse qui allait me clouer le bec.

— Je sais pas, moi… Faire connaissance ?
— Non, Angélique. Tu sais très bien que quand une femme invite un homme à sortir, lui paye un ciné et puis un super restau, ce n'est pas « juste pour faire connaissance ».

Elle était toute rouge, et je voyais ses jointures blanchir tandis qu'elle serrait convulsivement son couteau et sa fourchette. J'étais peut-être allé trop loin en lui assénant ces vérités qu'elle n'était pas prête à entendre.

« Je suis vraiment trop con, pensai-je. On aurait pu juste baiser. » Elle comme moi, on en avait envie. Et sans cette prise de tête débile, cette soirée aurait pu se dérouler tranquillement. Qu'est-ce que j'en avais à foutre, de la convaincre que notre relation n'était pas égalitaire ?

— Je m'excuse, lui dis-je en baissant les yeux. Je suis en train de te gâcher la soirée simplement pour le plaisir d'avoir raison. C'est idiot…
— Non, Julien. En fait, tu as raison, réellement.
— Hein ?
— Oui, j'avoue. Quand je t'ai proposé cette sortie, j'avais une idée derrière la tête, bien sûr. Au début, je ne voyais en toi qu'un corps parfait et un visage attirant. Je… je sais pas, on n'imagine pas qu'un mec puisse avoir ce genre de profondeur. On a l'impression que les hommes sont tous un peu superficiels…
— En gros, que notre rôle se réduit à être des « machines à baiser » ?
— Ouais, en quelque sorte, confirma-t-elle en baissant la tête.
— Oh, my God ! Deviendrais-tu hoministe, Angélique !? Je suis contagieux, tu sais.

La grande rousse face à moi était en train de piquer un fard. L'aurais-je encore décontenancée ?

— C'est bizarre, je n'ai jamais eu ce genre de conversation avec un mec. Je veux dire, je n'avais jamais considéré un homme attirant comme mon égal… C'était juste un partenaire sexuel potentiel.
— C'est ça, ai-je confirmé, heureux de cette prise de conscience chez Angélique. Mais nous, on voudrait être vus pour ce qu'on est : des humains à part entière. Pas être réduits à des stéréotypes de genre !
— J'ai regardé des bouts d'émissions sur l'hominisme ; j'ai même lu quelques articles sur Internet. Mais jusqu'à ce soir, j'imaginais que c'était juste des histoires de mecs haineux, d'homos détestant les femmes et cherchant à retourner la situation en leur faveur.
— T'es loin d'être seule à penser ça, ce qui explique que ce mouvement soit si mal compris. La plupart des nanas ont l'impression que les mecs veulent prendre leur revanche, les asservir. Mais ce n'est pas du tout ça ! On n'est plus au temps des sauvages…
— C'est vrai, on imagine parfois que vous voulez un monde où les femmes soient reléguées au rang d'inférieures, de boniches, voire d'objets sexuels. Une sorte de cauchemar qui ferait flipper n'importe quelle fille !
— Tu sais, même les plus radicaux des hoministes ne souhaitent pas une aberration pareille. Le but n'est pas d'échanger une domination contre une autre !

Cette conversation devenait de plus en plus intéressante. Je crois que j'avais mal jugé Angélique. Elle était finalement bien plus sensible et intelligente que je me l'étais imaginé.

Peut-être que j'étais moi aussi contaminé par des préjugés, comme celui de la bonne femme stupide et ignorante, incapable de vraiment comprendre les hommes. Cette soirée allait peut-être se révéler plus surprenante que prévu ?


— Peux pas rentrer… hic… chez moi ! Mon mec croit que j'dors… hic… chez une copine…

Soutenant tant bien que mal Angélique, dont la masse imbibée me faisait dangereusement tanguer sur le pavé, j'étais en train de lui demander son adresse pour la raccompagner chez elle en IREN quand elle m'avait sorti cette cocasse information.

Malgré son insistance, je n'avais pas voulu partager la bouteille de vin qu'elle avait commandée avec nos plats. Et comme ce nectar avait dû lui coûter un rein, Angélique n'avait pas voulu en laisser une goutte. À mes remarques sur le fait qu'elle ne devrait pas boire autant, elle m'avait tour à tour rétorqué qu'elle n'était pas une tapette et qu'elle, elle tenait l'alcool, que tout allait bien, merci, que je devrais plutôt m'occuper de mon plat, et finalement que je n'avais qu'à contribuer un peu à la descente de la bouteille. Ce que j'avais fait, au bout du compte, mais de façon modérée.

Eh bien, j'avais été bien inspiré ! Du coup, je me retrouvais à charrier une soularde à 1 heure du mat' en plein Paris. Bien joué, Julien ! Cette soularde, j'allais plus que probablement devoir la ramener dans mon minuscule studio de la rue Dupic. Non pour une nuit d'amour, comme dans le film qu'elle s'était projeté toute seule, mais pour une pénible cohabitation de quelques heures, entrecoupée de ronflements sonores.

L'espace d'une minute, j'avais sérieusement envisagé de la laisser là, assise par terre, le dos calé contre un réverbère. Et puis je m'étais dit que non, je ne pouvais quand même pas abandonner une collègue de bureau à la merci des petites frappes du quartier… Ah, j'te jure ! J'étais champion pour me mettre dans des situations de merde !

En priant pour qu'Angélique ne s'évanouisse pas avant l'arrivée de l'IREN, j'avais orienté nos pas incertains vers le lieu de prise en charge, juste au coin de la rue. À l'angle, de la musique orientale s'échappait d'un bar où traînaient encore quelques consommatrices. Comme de bien entendu, plusieurs zonardes attablées à la terrasse du bar nous regardaient, levant le coude et rigolant à gorge déployée.

— Oh, les meufs, petit cul à 10 heures. Et mignon comme un ange, en plus !
— Un ange, un ange… plutôt un beau puteau ! J'me le ferais bien au quatre heures !
— Le petit minet a l'air occupé, avec sa grande gigue dans les bras… Mais c'est pas elle qui lui fera sa fête ce soir, elle est schlass !
— Oh, trou du cul d'amour ! Ça te dit pas, une bonne baise avec de vraies femmes ? On est trois, mais on est partageuses… ha-ha-ha !
— Je ne crois pas, ai-je répondu, priant pour que la chauffeuse arrive rapidement. Merci d'avoir proposé.

J'essayais de ne pas montrer ma peur en restant détaché et souriant. Intérieurement, je me liquéfiais. Et cette voiture qui n'arrivait pas !

— Ce petit salop se fout de notre gueule. Vous croyez qu'il va autant se marrer quand on va lui péter le cul avec nos poings ?
— Nan, j'crois pas. Quel pied ce serait de lui éclater sa petite pine à coup de chattes…
— Hé, connard ! Regarde-nous quand on te parle ! Fais pas comme si t'entendais rien…
— C'est parce qu'il se croit trop bien pour nous, ce petit puteau !
— Vas-y Norberte, attaque !

Je tournai la tête vers leur tablée où s'amoncelaient les chopes vides. L'une des meufs s'était levée et s'avançait vers moi, un sourire mauvais épinglé sur sa tronche de cake. Le nez écrasé, légèrement tordu, le crâne rasé sur les côtés avec une mèche de cheveux huileux qui lui retombait dans les yeux. Des billes de haine, injectées de sang et ne cillant pas, qui me lançaient un message pas très compliqué à décoder.

Danger en approche rapide… Avec Angélique dans les bras, qui pesait autant qu'un cheval mort, l'option fuite était hors de portée !

— Alors, mon joli, on te plaît pas ? Tu sais quoi, petit salop ? Avec nous, tu prendrais bien ton pied… Ça te branche ? Hé, tu réponds quand j'te cause, pauvre connard !
— C'est bon, lâchez moi, dis-je entre mes dents serrées.

Ça commençait à puer grave. Et ce n'était pas seulement l'odeur de bière chaude et de vieille crasse que dégageait ma nouvelle amoureuse : ça puait la peur, l'effroi, le stress qui montait en flèche et submergeait mon jugement, m'empêchant de trouver la moindre issue à cette situation qui se dégradait de minute en minute…

Les rares passantes traînant dans le quartier à cette heure avancée ne m'étaient d'aucune aide. Soit elles pressaient le pas, baissant le regard comme si l'agression ne les concernait pas, soient elles s'arrêtaient un peu plus loin pour regarder. Aucune de ces braves dames n'esquissait un geste pour me venir en aide ou appeler les fliques. Elles étaient simplement curieuses de ce qui allait arriver, sans être plus impliquées que ça…

Encouragée par le rire de ses copines, la loubarde s'était collée à moi et mimait une pénétration sauvage, ondulant du bassin en poussant des petits cris étranglés et moqueurs.

— OH OUI, OH OUIIIIII BABY… ! Comme c'est trop bon de te baiser, mon petit puteau !

La tête d'Angélique avait roulé sur mon épaule ; à force de soutenir ma collègue comateuse, je ne sentais presque plus mon bras. Et là, j'étais franchement épuisé, mes jambes flageolantes me soutenant à peine. Tout ça allait très mal finir !

Devant mon manque de réaction, la loubarde s'était enhardie et avait glissé sa main sous ma chemise, caressant mon dos de ses ongles ébréchés. Je fis alors un geste brusque, plantant involontairement mon coude dans la masse molle de son sein. Mon assaillante lâcha un juron. Mais vu sa carrure, c'était probablement plus dû à la surprise qu'à la douleur.

Dans un crissement de pneus, une berline de grosse cylindrée s'arrêta soudain à mon niveau. Une portière s'ouvrit et une très belle femme jaillit de la voiture avec un sourire avenant.

— Vous avez demandé une IREN, me voici ! Déso pour le retard, j'étais trop coincée porte de Vanves… Ça va ? Attendez, je vais vous aider à installer votre amie à l'arrière.

Sous le regard incrédule de la loubarde, bras ballants et ne sachant trop comment réagir, la chauffeuse vint me débarrasser d'Angélique. J'avais l'impression d'être extrait de sous une montagne. Cette magnifique blonde était ma sauveuse ! Depuis 10 secondes, je m'étais mis à l'aimer très fort…

Profitant de cette intrusion inespérée, j'essayai de m'engouffrer dans la Mercedes rutilante. Au moment où j'allais y parvenir, j'ai senti qu'on me tirait en arrière. Mon attaquante me tenait fermement par le bras ; elle avait repris ses esprits juste à temps pour me bloquer.

— Tu vas pas t'en tirer comme ça, p'tit lécheur de chattes ! Mes copines et moi, on va t'expliquer la vie, et on a toute la nuit devant nous…
— Vous voulez bien lâcher ce jeune homme, Madame ? Je ne crois pas que vous fassiez partie de ma course, et je suis déjà assez en retard comme ça…
— Fous-moi la paix, connasse ! Y va nulle part, ce sale pédé ! Il est à moi !

La blonde me fit un signe discret, un coup de menton en direction des sièges moelleux et accueillants de son carrosse. Elle était sur le point de tenter quelque chose, mais quoi !? L'autre devait bien faire 30 kilos de plus qu'elle !

Avant que la loubarde n'ait le temps de réagir, notre chauffeuse avait sorti de sa veste un shocker électrique et le brandissait dans sa direction. L'engin bourdonnait méchamment en lançant de petits éclairs orangés.

— Tut-tut, ma grosse, va pas faire d'histoires. Là, je plaisante plus. Tu enlèves tes sales pattes de mon client et tu te casses !

Sentant la poigne de Miss Hulk se desserrer autour de mon bras, je me jetai aussitôt dans la voiture et claquai la portière derrière moi. Sauvé ! Reculant vers le siège conductrice sans baisser son taser, la jeune femme blonde prit place à son tour dans le véhicule avant de mettre les gaz et nous emporter loin de ce bout de trottoir glauque, à présent peuplé d'une foule de curieuses.

Dans la lunette arrière, je voyais mon agresseuse nous hurler des insanités, ses deux index tatoués dressés vers le ciel. Jamais je n'avais été aussi soulagé de ma vie !

— Oh, putain ! On peut dire que vous êtes tombée à pic ! Je crois que je pourrai jamais assez vous remercier !
— En fait, un simple pourboire fera l'affaire. Même si j'adore voler au secours des jolis princes, il faut aussi que je paie les traites de mon carrosse…

À mes côtés, Angélique commençait à reprendre ses esprits. Elle était pâle et défaite, avec ses cheveux en bataille collés sur son front moite de sueur. Ses yeux n'arrivaient pas à se stabiliser sur un point fixe. Chose plus inquiétante, elle virait de couleur à vue d'œil.

— Excusez-moi, mais… je crois que mon amie va être malade ! Arrêtez-vous, vite !

La voiture n'avait pas encore fini de freiner que j'ouvrais la portière. Sa main plaquée sur la bouche, Angélique se pencha au-dessus de mes genoux et se mit aussitôt à gerber. Une cascade nauséabonde, seulement interrompue par quelques éructations sonores et autres gémissements déferla dans le caniveau.

J'étais aux premières loges pour profiter des soubresauts bruyants de son estomac. Bonjour le spectacle et l'odeur ! Et les éclaboussures, en prime ! Génial…

Après qu'Angélique eut bien tout vomi et pris un peu l'air frais, elle semblait aller mieux. Je lui ai alors tendu un Kleenex pour qu'elle puisse s'essuyer la bouche, ce dont elle me remercia avec un haut-le-cœur et un dernier rot.

— Oh putain, Julien… Vraiment chuis désolée… Je sais pas ce qui m'a pris de boire autant…
— J'espère qu'elle n'a pas taché les sièges de ma bagnole ? interrogea la blonde, son regard dur planté dans le mien via le rétro central de la Mercedes.
— Non. Bonne nouvelle pour les sièges : ils n'ont rien. Moins bonne nouvelle pour mon futal : il est bon pour un lavage en machine. Sinon tout va bien, on peut continuer à rouler.

Le temps qu'on arrive en bas de mon immeuble, Angélique s'était rendormie. Et une fois encore, sa tête reposait sur mon épaule. Ça devenait une habitude. Je fouillai dans mon sac à main et en sortis deux billets de 20 euros, proposant à notre ange gardienne de garder la monnaie.

— Je ne sais vraiment pas comment vous remercier, Madame. Vous ne voulez pas monter boire quelque chose de frais avec nous ?
— Une autre fois peut-être, dit-elle avec regret. Là, il est vraiment tard ; mon mari m'attend, et il n'aime pas que je traîne en route…

Elle tira une carte du réceptacle collé sur son tableau de bord et me la tendit.

— À charge de revanche, si vous avez besoin d'une course. Appelez-moi, jeune homme, j'aimerais bien vous revoir…

Elle vint m'ouvrir la portière et m'aida à extraire Angélique de la Mercedes… avant de faire une moue dégoûtée lorsqu'elle découvrit la décoration laissée par ma collègue sur le bas de caisse de sa voiture.

— Vous ne devriez pas laisser votre copine boire comme ça, elle ne tient pas l'alcool.
— C'est noté, merci du conseil.
— Si elle est sobre la prochaine fois, elle pourra au moins vous protéger… Parce que là, c'était vraiment chaud. Vous avez manqué de peu de vous faire violer !

Comme si je ne m'en étais pas rendu compte…

— Je sais me défendre, vous savez, ironisai-je.
— Oui, j'ai vu… Enfin, toujours est-il qu'un garçon aussi mignon que vous, traînant en pleine rue, la nuit, sans défense, et en plus habillé comme vous l'êtes… bah, c'est un pousse-au-crime, quoi !
— Rassurez-moi : vous n'êtes pas en train d'insinuer que j'ai provoqué cette agression ?
— Non, bien sûr. Même si les ennuis sont inévitables quand on ne fait pas attention…

Je bouillais d'une rage toute intérieure. Toutefois, ce n'était pas le moment d'expliquer à cette nana qu'aucune victime ne mérite qu'on l'accuse de « l'avoir cherché » ou d'avoir « provoqué » ses agresseuses. Cette façon de blâmer les hommes – ou du moins d'impliquer une responsabilité de leur part en cas d'agression sexuelle ou de viol – s'était malheureusement ancrée dans l'esprit de la plupart des femmes. Et même de certains mecs, c'est dire !

— OK. Il est tard, on va rentrer. Encore merci d'être arrivée à temps !

La blonde me fit un signe de tête avant de réintégrer l'habitacle de son monstre de tôle et d'acier. Elle leva la main et lâcha les chevaux, disparaissant rapidement au coin de l'avenue. Dès qu'elle se retrouva hors de vue, je balançai sa carte dans le caniveau. Dommage pour elle, mais je n'étais plus intéressé.


Quand je me suis retourné pour rejoindre Angélique à l'entrée de mon immeuble, j'ai failli avoir une attaque. Elle avait baissé son froc et se tenait accroupie devant la porte vitrée, en train d'uriner. Une mare jaunâtre s'écoulait sur le bitume et entre les semelles détrempées de ses chaussures. Nom de Zeusse ! Elle m'avait vraiment tout fait, ce soir !

— Oh non ! OH NON !
— Pipi… trop envie… S'cuse-moi, Juju… hic !

J'espérais pour elle qu'elle ne se rappellerait rien à son réveil. Bonjour la honte, sinon.

— Bon allez, debout maintenant ! Et remonte-moi ce falzar, tu vas pas rester le cul à l'air…

Heureusement, il n'y avait plus personne dans les rues, même si à cette heure avancée j'étais le seul à me préoccuper de pudeur, vu qu'Angélique était encore fin bourrée.

Alors que je pianotais sur le digicode, j'ai soudain entendu un grand « BOUM », accompagné du tremblement de la porte vitrée. En essayant de remettre son froc, ma collègue avait perdu l'équilibre et s'était écroulée tête la première sur la porte de l'immeuble. Et comble du comble, elle gisait dans sa propre mare d'urine… Tu parles d'une soirée !

— Ouille… Mal à la tête…
— Tu m'étonnes !

Malgré la bosse qui se formait déjà sur son front, Angélique avait l'air de survivre. Si tant est qu'une nana hagarde, à moitié à poil, avec du vomi plein les cheveux et assise dans son pipi à 2 heures du mat' puisse aller bien.

— Allez, donne-moi la main ! On se pèle le cul, ici. Surtout toi, d'ailleurs…

J'ai dû m'arcbouter comme un beau diable pour la hisser sur ses jambes. Non seulement elle pesait une tonne, mais en plus elle ne m'aidait pas du tout ! Elle avait encore son futal aux chevilles, et c'est donc moi qui me suis baissé pour essayer tant bien que mal de la rhabiller. Le tableau était dantesque, l'odeur anti-érotique au possible. Moi, bloquant ma respiration par le nez tandis qu'Angélique, riant comme une ivrogne, s'appuyait de tout son poids sur mon dos qu'elle martelait au prétexte d'être chatouilleuse !

Je n'en pouvais plus. Aussitôt son jean remonté et reboutonné, je lui ai balancé une paire de claques. Son ricanement s'est coupé net. Elle se tenait la joue en reniflant, les yeux embués.

— Méchant… Juju…
— Oui, c'est ça. Maintenant, t'arrêtes de déconner et tu me suis !

Je la traînai par la main dans le hall de l'immeuble, appelai l'ascenseur, la persuadai de monter dans la cabine (pour une raison inconnue, elle voulait grimper les cinq étages à pied – juste pas possible), et finalement la fis rentrer dans mon studio. Ouf !

À présent, direction la salle d'eau. On puait toutes les deux, et la taille rikiki de mon studio ne nous permettrait pas de passer outre à ces ablutions obligatoires, même avec l'extrême fatigue qui me tombait sur les épaules.

— On va prendre une bonne douche, et puis au lit.
— Oui… douche… avec Juju !

Ma salle d'eau étant proportionnée à la taille de mon appart', elle était juste minuscule. Je fis donc asseoir Angélique sur les toilettes pour la déshabiller. De toute façon, j'avais déjà vu tout ce qu'il y avait à voir, alors un peu plus, un peu moins… Comme elle n'était pas assez lucide pour prendre seule sa douche, je décidai de me dévouer et je me désapai à mon tour, me disant que j'allais de toute façon être trempé.

Après avoir entassé les chaussures et les vêtements souillés dans un coin – et oui, il allait aussi falloir lancer une machine avant de se coucher ! –, je poussai mon invitée d'un soir dans le bac à douche. Comme elle était beaucoup plus grande que moi, tenait à peine debout et que je comptais lui faire prendre un shampoing, il n'y avait pas 36 solutions :

— Bon, tu vas te tenir accroupie pendant que je vais te laver. On est d'accord ?
— Juju… laver moi…
— C'est ça, et tu restes tranquille, s'il te plaît.

Hébétée, Angélique avait rapidement glissé pour se retrouver encore une fois sur le cul. J'en profitai pour l'asperger tant bien que mal avec le jet tiède du pommeau de douche, insistant sur sa luxuriante chevelure rousse parsemée de grumeaux. Je coupai l'eau et récupérai la savonnette avec laquelle elle s'amusait.

Récurer quelqu'un sans regarder n'étant pas possible, j'étais bien obligé de profiter du spectacle. Malgré un peu d'embonpoint, ma rouquine était plutôt bien fichue. Je lui savonnai les bras, les épaules, le buste et le ventre, les jambes, les pieds, remontai vers ses cuisses… et c'est là que ça commença à déraper. Bien tranquille jusqu'à présent, Angélique avait soudain repris ses esprits et, anticipant un savonnage en règle, elle avait écarté les jambes et se caressait à présent le sexe.

— Oui… là aussi… toute propre !
— Ça, tu peux le faire seule, lui dis-je, prenant sa main pour lui remplir la paume de gel douche.

Elle avait recouvré suffisamment de lucidité pour étaler le produit moussant sur ses seins, qui étaient plutôt agréables à regarder, puis entre ses cuisses. En réalité, elle se caressait plus qu'elle ne se lavait, se servant du savon comme d'un lubrifiant pour enfouir ses doigts en elle.

— Juju aime bien… regarder ?
— Tu vois, Juju aimerait surtout se coucher.
Je dis pas qu'en temps normal je serais insensible, mais là – comment dire ? – je suis juste crevé. Et toi, t'es à moitié saoule et donc incapable de réaliser ce que tu fais.
— Gnnn ?
— Je te propose un marché : si tu fais pas l'idiote pendant que je te lave les cheveux, je te laisse dormir avec moi dans le lit. Okay ?
— Okay !

Incroyable. Elle avait l'air d'avoir pigé et de vouloir y mettre du sien.

Je rentrai donc dans la douche avec elle pour accéder plus facilement à sa chevelure détrempée, qui pour l'instant ne ressemblait plus à grand-chose. Versant une bonne dose de shampoing sur ses boucles humides, je me mis à lui frictionner vigoureusement la tête en essayant de ne pas lui en mettre plein les yeux.

Je pensais sincèrement en venir à bout sans encombre quand je sentis les mains d'Angélique remonter le long de mes cuisses, empoigner mon boxer et tirer vers le bas. Avant que je n'aie le temps de protester, elle s'était emparée de mon sexe et me branlait maladroitement.

— Ah non non non ! On avait dit « sage » !

Paradoxalement, ma bite était d'un autre avis et se déployait entre ses doigts malhabiles. Je ne me sentais pas du tout excité, mais il est certain que je bandais, et plutôt dur.

— Suis gentille ! Tu… trouves pas ?

Sans transition, elle avança sa tête vers ma queue, avec l'intention manifeste de me pomper. C'était complètement hors de question !

— Non ! Non, je veux pas que tu…

Elle avait refermé ses lèvres sur mon gland, qu'elle suçotait doucement avec des petits bruits de bouche.

Qu'allais-je faire, à présent ?


— Ben, c'est clair, non ? me répond Louison, transportée par mon récit. J'espère qu'elle a kiffé quand tu lui as niqué la bouche à coups de bite !
— T'es vraiment une grande poétesse quand tu veux. Tu sais ça ? proteste Patrice, outré.
— On n'est pas allé plus loin. Je lui ai fait lâcher mon sexe et j'ai tourné à fond le robinet d'eau froide pour qu'elle se calme une bonne fois.
— Mais t'es con ou quoi ! Cette fille insiste pour te tailler une pipe sous la douche, et toi tu la remballes !? Nan, mais j'y crois pas !

La réaction de Louise est tellement typique… Comment lui faire comprendre que la situation était glauque à souhait ? Une fille encore saoule qui m'agresse sexuellement sous la douche, ne veut pas (ou ne peut pas) comprendre mon refus et passe outre mon consentement… J'étais tout simplement en train de faire face à une tentative de viol. Et le fait de raconter ce que j'avais subi à ma meilleure amie – une autre femme – l'excitait au plus haut point. Je me sentais doublement incompris !

— My God, t'as vraiment eu une soirée merdique ! compatit Patrice en serrant ma main entre les siennes.
— Attendez, attendez ! Vous vous foutez de ma gueule tous les deux ? Vous êtes de mèche, c'est ça ?
— Je vois pas de quoi tu parles, lui rétorqué-je un peu sèchement.
— Je pige pas, Julien. T'as l'air super vénère qu'une fille veuille à tout prix emboucher ton sexe et te faire du bien. Va pas me dire que t'apprécies pas ce genre de gâterie… pas à moi !
— Pourquoi tu dis ça !? s'étrangle Patrice. Tu lui en fais, toi aussi, des gâteries ?

Je sais que Louise n'est pas franchement sensible aux combats hoministes. En soi, c'est pas grave : j'ai d'autres personnes avec qui en parler. Et notre amitié n'est pas non plus basée sur le fait qu'elle prenne mon parti de façon systématique, ou plus généralement celui des hommes.

Mais bordel, quoi !

Est-ce que ça n'a aucun poids, le fait que je passe mon temps, depuis que je suis ado, à être vu comme un trophée, un « objet de désir » convoité par des meufs inconnues croisées dans la rue… ou même, parfois, par mes amies femmes ? Est-ce que mon choix de refuser une « bonne baise sans conséquences », choix non respecté en plus, fait de moi un « coincé qui n'a rien compris à la vie » ?

Non, certainement pas, mais ça me ramène toujours à ce statut, indéniable car constamment rappelé par toutes ces femmes, de simple « chair fraîche » dont l'avis (ou les refus) ne comptent pas vraiment. Quelles que soient notre fatigue et notre dégoût, il y a toujours cette possibilité qu'un homme qui dit « non » finisse par dire « oui », à force d'insister. Et le pire, c'est que les meufs voient ça comme une façon romantique ou sexy pour le type de se faire désirer, d'accroître l'excitation de sa potentielle partenaire avant de céder à ses avances !

Je sais, pour les nanas, tout ça est un peu compliqué à comprendre… C'est tellement ancré dans leur façon de voir et dans la culture dominante que c'est un vrai choc quand on essaie de leur faire comprendre notre ressenti.

— Non, Patou, rassure-toi : Louise et moi, on n'a jamais couché ensemble. Et c'est pas demain la veille qu'on commencera.
— Détourne pas la conversation, p'tit père… Je comprends pas pourquoi t'as repoussé cette fille. C'est pas comme si elle essayait de te violer, non plus !
— Mais qu'est-ce que t'en sais, bordel de merde ? T'étais là pour voir ?

Louise semble un instant décontenancée par la véhémence de ma réponse. Ses yeux s'élargissent tandis que peu à peu l'idée s'ancre dans son esprit obtus.

— Putain, mec ! Tu veux dire que t'as VRAIMENT eu l'impression qu'Angélique voulait te violer, là ? Autant je peux comprendre pour la loubarde qui t'a agressé en pleine rue, autant là je trouve que tu pousses un peu !
— Si tu veux parler de l'intensité de l'agression et de son intentionnalité, il n'y a pas commune mesure, je suis d'accord. Angélique n'était pas physiquement menaçante, et dans son état d'ivresse elle ne réalisait probablement pas qu'elle poussait trop loin le bouchon, si on peut dire…
— Ben tu vois, j'ai raison !
— Attends, j'ai pas fini. Si on parle de mon ressenti – et tu m'accorderas que c'est quand même ce qui est primordial pour moi – eh ben j'étais aussi mal à l'aise dans les deux cas. La craignos du bar m'aurait sûrement fait ma fête, si la situation avait dégénéré… mais la relation sexuelle que tentait de m'imposer Angélique, dans la douche, elle était tout à fait concrète !
— Oui, mais…
— Mais QUOI, Louise ? Je l'ai juste stoppée avant qu'elle n'aille trop loin ; je suis pas non plus allé chez les fliques porter plainte ! Qu'est-ce que ça peut te foutre, qu'on n'ait pas baisé, si moi je te dis que j'ai ressenti son geste comme une putain de tentative de viol ?

Louise plante ses coudes sur la table du bistrot et enfouis son visage dans ses mains. Non, elle va pas, en plus, se la jouer diva vexée ? J'y crois pas !

— Je m'excuse, Julien, finit-elle par dire de sa voix de petite fille.

Un ton qui détonne fortement avec ses manières habituelles, et surtout sa grande carcasse de presque deux mètres de haut. Elle relève la tête, et je vois que ses yeux sont rougis.

— C'est bon, t'inquiète, Louise, on va pas se fâcher pour ça, je lui lance en me forçant à sourire, même si je suis loin d'en avoir envie.
— Je crois que si j'insistais autant pour minimiser ce que t'as dit, c'est peut-être parce que ça me parle un peu trop, justement…

C'est à notre tour, à Patrice et moi, de la regarder avec la plus grande des surprises.

— Quand j'étais plus jeune, j'étais assez… fougueuse, comme tu sais. Et carrément plus égoïste qu'aujourd'hui. Bref, à cette époque, je m'en foutais complètement de savoir comment le mec vivait la relation, pourvu que moi j'aie mon plaisir. Ce qu'Angélique t'a fait… eh ben, j'ai fait dix fois pire, sans même l'excuse d'être bourrée !

J'ai un moment de blanc, et puis soudain je comprends pourquoi Louise tenait tant à nier ce que j'ai ressenti sous la douche avec Angélique. Elle éprouve une terrifiante culpabilité !

— Et tes partenaires, comment ils réagissaient ?
— C'était pas vraiment ça dont je me souciais, tu vois. Comme je me lassais vite, je changeais souvent. Aussitôt dragué, aussitôt baisé, aussitôt jeté. Ce qui m'intéressait surtout, chez un mec, c'était qu'il soit soumis… et qu'il bande bien. Tant pis pour lui s'il n'avait pas envie de baiser au moment où moi je voulais. Je trouvais toujours un moyen pour me le faire. Même si pour ça je devais d'abord le branler de force…
— Quand tu leur imposais d'avoir un rapport avec toi, tu ne réalisais pas ce qu'ils ressentaient ? demande à son tour Patrice, choqué par la violence de ce que Louise exprime.
— Non. Ça me paraissait naturel de me comporter comme ça. Mes copines faisaient pareil, de toute façon. Pour moi, je me tapais simplement un mec. Et lui aussi, il trouvait ça normal, du moins au début, même si je l'obligeais à faire des trucs qu'il n'aimait pas ou dont il n'avait pas envie à ce moment-là…

Louise parle les yeux baissés, fuyant le contact de nos regards insistants. Bien que pâle et tendue, c'est malgré tout avec une grande honnêteté qu'elle nous explique ce qui lui semble aujourd'hui, finalement, si problématique dans son attitude passée avec les hommes qu'elle a pu connaître.

— Je me rappelle d'une fois où je m'étais attachée à un de mes copains. Il s'appelait Florent et il était nettement plus sensible que mes mecs précédents. Nous deux, ça avait duré quasiment deux mois. Un record ! Jusqu'à ce qu'il me jette. À l'époque, je ne pigeais pas pourquoi il disait que je ne le respectais pas…
— Tu n'y as jamais repensé avant ce soir ? demandé-je posément.
— Si. Quelquefois. J'avais cet étrange sentiment de culpabilité, sans trop savoir pourquoi. Sincèrement, Julien, je n'ai jamais pensé qu'on puisse dire d'une nana qu'elle ait violé son copain… Une inconnue menaçante dans une ruelle sombre, oui. Mais pas quelqu'un qu'on aime et avec qui on sort !

Je ne sais pas trop quoi penser des confessions de Louise. Par son seul comportement, elle a peut-être miné à vie la confiance de plusieurs des mecs avec qui elle a couché. Au minimum, elle les a sérieusement ébranlés, peut-être blessés durablement. Ça devrait me rendre furieux contre elle, mais malgré toute mon indignation pour ce qu'elle a pu faire, je n'arrive pas à chasser l'image de la Louise sympa et marrante que je connais depuis presque une décennie.

— Je savais bien que ces conneries hoministes finiraient par me culpabiliser. J'aurais pas dû regarder ta propagande sur Internet.
— Quoi, qu'est-ce que t'as dit ?
— Il y a un an, tu m'as envoyé un mail avec des liens vers des sites d'infos et des forums sur l'hominisme. J'ai voulu aller voir, pour me marrer un peu. Au lieu de ça, les témoignages de certains de ces mecs, harcelés, battus ou discriminés, ça m'a un peu pété le moral. Ça m'a fait réfléchir sur ma propre façon de me comporter, pas si clean que ça finalement…

Voilà donc le fin mot de l'histoire : Louise n'avait pas changé son fusil d'épaule en une soirée. Ça m'étonnait, aussi. Trop fière pour m'en parler, elle avait peu à peu pris conscience de la réalité et du vécu de certains mecs. Et surtout, de l'incroyable domination imposée par le matriarcat.

— J'ai même commencé à m'intéresser au sort des homos, des trans et des non-binaires… Pourtant, on peut pas dire que j'en avais grand-chose à foutre, avant !
— Mais ce n'est pas une tare, de faire preuve d'empathie, lui dis-je en souriant. Il y a des femmes qui se disent hoministes – très peu, je te rassure. Même si nous, les mecs, on les désigne habituellement sous le terme « d'alliées »…
— Je pourrais peut-être en devenir une, et même… en parler à certaines de mes amies. Qui sait, il y en a peut-être même qui se foutraient pas de moi et que ça pourrait intéresser ?
— En effet, qui sait ? je lui réponds avant de régler l'addition.

Ce soir, c'était pour moi.