Avertissement aux lecteurs et lectrices

Ce récit est réel et fait partie de mes souvenirs. Mais vous comprendrez que compte tenu des années qui se sont écoulées depuis ces faits je suis incapable de me souvenir des dialogues complets et fidèles. En fonction du contexte de la situation, j'ai été contraint pour la cohésion du récit d'improviser, d'inventer des dialogues qui ont eu lieu dans le thème développé mais pas avec les mots, les phrases exactes. J'ai essayé en toute honnêteté de rester fidèle au sens du récit. J'espère que le lecteur ne sera ni un juge, ni un censeur moralisateur.

Résumé de l'histoire précédente

J'étais revenu de Concarneau la veille, un peu déçu car, vu la situation, j'aurais pu économiser du temps ainsi que des frais.
Lors de mon retour à Hambourg, j'étais revenu directement chez ma cheffe de cabine avec laquelle, la veille de mon départ pour la France, j'avais eu une relation sexuelle pour la première fois et pour laquelle je ressentais quelque chose de plus intense qu'une aventure sans lendemain.

Elle m'avait avoué que depuis le temps où elle volait et dirigeait « mon » équipage, elle était amoureuse de moi. Je n'étais pas insensible à ses sentiments car moi aussi, depuis quelques années déjà, j'avais envie d'elle ; mais son attitude froide et commerciale me faisait comprendre que « bas les pattes, je suis une femme mariée ».

La réalité était quelque peu différente : effectivement, si elle était mariée à un Commandant de Bord de la même compagnie que la nôtre, celui-ci s'était découvert une homosexualité refoulée depuis des années. Il avait avoué à sa femme qu'il était bisexuel et qu'il était tombé amoureux de son copilote. Donc, d'un modus vivendi bilatéral, afin de ne pas nuire à sa réputation au sein de la Compagnie, le couple avait décidé de continuer à vivre fictivement le rôle d'un couple normal ; par contre, chacun d'eux était libre de faire ce qu'il voulait.

Ils avaient naturellement envisagé le divorce, mais c'était compliqué. La maison dans laquelle ils vivaient dans la banlieue de Hambourg leur appartenait. Ils venaient juste de finir de la payer. En plus ils avaient acheté une petite maison de vacances à Playa de las Americas, dans le sud de l'île de Tenerife. Donc tout cela n'était pas aussi simple que cela paraissait.